Un jour je m'en irai sans en avoir tout dit




Qu'ai-je donc fait ? 
J'ai aimé l'eau, la lumière, le soleil, les matins d'été, les ports, la douceur du soir dans les collines et une foule de détails sans le moindre intérêt ...
Je ne regrette ni d'être venu ni de devoir repartir vers quelque chose d'inconnu dont personne, grâce à Dieu, n'a jamais pu rien savoir. 
J'ai trouvé la vie très belle et assez longue à mon goût. 
J'ai eu de la chance.
 Merci.
 J'ai commis des fautes et des erreurs.
 Pardon.
 Pensez à moi de temps en temps.
 Saluez le monde pour moi quand je ne serai plus là. 
C'est une drôle de machine à faire verser des larmes de sang et à rendre fou de bonheur.
 Je me retourne encore une fois sur ce temps perdu et gagné et je me dis, je me trompe peut-être, qu'il m'a donné - comme ça, pour rien, avec beaucoup de grâce et de bonne volonté - ce qu'il y a eu de meilleur de toute éternité ...
 la vie d'un homme parmi les autres.

Jean d'Ormesson





4 commentaires:

  1. J'adore plonger dans les yeux bleus de cet homme quand il parle.
    C'est comme une piscine, sans le chlore...
    Biz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis un homme....et j'adore les yeux bleus de cet homme ............................

      Supprimer
  2. Une bien belle salutation à la vie. Merci !

    RépondreSupprimer